#DRAGUEUR,ARRÊTE DE DRAGUER

#DRAGUEUR,ARRÊTE DE DRAGUER

Pour ne plus avoir à devenir un marketeur de l’amour

#dragueur arrête de draguer

Les séducteurs d’hier ont des conseils à nous donner

La séduction a toujours existé, et chaque époque en a eu son chantre. Enterrés, oubliés, ces #dragueurs ont pourtant beaucoup à nous apprendre sur la séduction d’aujourd’hui. Ecoutons-les, car c’est dans le champ lexical qu’ils utilisent que se cache leur vision de la séduction.

Rome, 5ème siècle avant JC.

Dans son essai L’art d’aimer, Ovide associe la séduction à l’art de la parole : il s’agit d’utiliser la bonne « formule » et les bons « arguments »pour « convaincre » son « locuteur ». Son conseil : pour séduire, sachez manipuler les mots.

Moyen-Age, époque de l’amour courtois.

Un grand chevalier adresse à sa dame dans une enveloppe soigneusement pliée le magnifique majeur qu’il a perdu pendant un duel en son honneur. Son conseil : Pour séduire, réalisez de grandes prouesses (et soyez prêts à perdre un doigt).

18ème siècle, dans les Liaisons dangereuses.

Un roman qui a inspiré un grand nombre de films contemporains. Valmont élabore une mise en scène sophistiquée dans laquelle il vient en aide à un paysan en déroute et le sauve d’une faillite certaine. Tout cela, sous les yeux séduits de son « ennemie » la Présidente de Tourvelle. Le champ lexical de la guerre se déploie tout au long du roman : la séduction est une « campagne pénible » dans laquelle il faut imaginer de « subtiles manoeuvres » pour vaincre son « ennemie » et la faire parvenir à la « capitulation ». Le conseil de Valmont : pour séduire, sachez inventer de belles machinations.

Des vocabulaires différents, une même vision de la séduction

Même si le vocabulaire qu’ils emploient évolue au cours des siècles, ces #dragueurs portent une vision commune de la séduction. Manipuler les mots ou manipuler les situations, dans la prouesse comme dans la mise en scène, la séduction est envisagée sous l’angle de la confrontation avec la personne convoitée. Pour gagner ce combat, il faut toujours un peu mentir.

La guerre du 18ème siècle est le marketing du 21ème siècle

La séduction en 2015 a t’elle évolué? Les progrès sur les droits des femmes et la transformation des modes de vie a t’elle bouleversé notre vision de la séduction? Il semble qu’il n’en soit rien.

« L’ennemie » est devenue la cible, la « manoeuvre » se transforme en « stratégie », le vainqueur en « leader » . La guerre du 18 ème siècle est le marketing du vingt-et unième siècle. Associé à ce champ lexical du marketing, le vocabulaire de la performance s’impose : vous avez une mission, il vous faut la réussir. Pas de panique, les sites, blogs, livres de séduction abondent pour vous aider. Partout, vous pourrez apprendre des « techniques », pour gérer votre béguin comme on gère une transaction commerciale. Comment faire pour, les 5 trucs pour, les 10 techniques infaillibles…Entre les « opener de situation », les gestes immanquables, les accroches…Vous pourrez apprendre à devenir de vrais « marketeurs » de l’amour… mais cela fait-il de vous de bons séducteurs? Rien n’en moins sûr.

Le marketing est mort, vive la séduction

Je connais le marketing, puisque c’est mon métier.  Et ce que je peux vous dire, c’est qu’il n’existe plus. Peu à peu, le marketing se meurt. Les consommateurs deviennent des connaisseurs. Les techniques destinées à les séduire, ils les reconnaissent. Les trucs pour susciter le besoin d’un objet dont ils ne soupçonnaient même pas l’existence, ils les identifient. Les petits mensonges des marques ? Ils les sentent, les critiquent, et les affichent. En 2015, les marques mises à nues sont contraintes de changer leur façon d’être au consommateur : elles doivent cesser de marketer. Il en est des marques comme des hommes, comme l’évoquaient les Françaises pendant mes interviews : «  Ils pensent qu’on ne les voit pas arriver avec leurs grands sabots, quo’n ne reconnaît pas leurs petites phrases ou leurs petites techniques… alors bien sûr on sourit.. parce que même si ça sonne creux et faux c’est bien dit… mais ce n’est pas pour autant qu’on est séduites. » En 2015, il est peut-être temps  pour vous de changer de stratégie… pourquoi pas en abandonnant la stratégie?

L’anti-manuel de drague

Nous aimons tous séduire, nous apprécions cette petite boule au ventre, ce stress positif, ce jeu subtil… mais cela nous oblige t’il à devenir des stratèges ?

Vous qui êtes peut-être fatigués d’utiliser les mêmes trucs et de devoir vous transformer pour séduire. Vous qui n’avez peut être pas envie de lire tous les articles de tous les sites pour apprendre toutes les techniques… qui ne fonctionnent plus… Vous qui vous lassez sans doute de voir ces marketeurs de l’amour dégainer leur sourire émail diamant et vous expliquer comment les imiter…ou vous qui, tout simplement, avez envie de rester vous-mêmes dans le jeu de la séduction.

Vous apprécierez sans doute de lire #dragueur. Ce livre n’est pas un répertoire de gestes ravageurs, de phrases choc, de trucs infaillibles. Dans mon livre vous n’apprendrez pas de techniques d’approche et de méthodes, et vous n’apprendrez pas non plus à mentir.  #dragueur vous montre simplement que séduire en fait, c’est facile et naturel.

POUR SÉDUIRE, VOUS POUVEZ COMPTER SUR VOTRE CORPS

POUR SÉDUIRE, VOUS POUVEZ COMPTER SUR VOTRE CORPS

Le corps, bien plus que le langage, est un puissant outil de séduction. Découvrez comment.

Capture d’écran 2015-03-13 à 08.39.52

 Séduire, c’est savoir parler ?

«  Pour séduire il faut avoir la tchatche ».

Dans mes entretiens avec les hommes, j’ai constaté que tous associaient la séduction à l’art de la parole. Etre séduisant, ce serait une affaire de bon mot, de phrase choc placée au bon endroit – « Si je lui dis ça à ce moment précis, sa petite culotte va tomber » (j’exagère à peine). Ce ne sont d’ailleurs pas les sites ou blogs de drague existants qui leur assureront le contraire, eux qui proposent des « techniques de conversations » et leur expliquent « Quoi dire à une femme pour la séduire ?. » Cette vision de la séduction était déjà exprimée par Ovide au premier siècle après Jésus Christ. On la trouve aussi dans les Mémoires de Casanova, grand séducteur devant l’éternel. L        a théorie sous-jacente est que la séduction est une démonstration : si l’on ne peut pas démontrer ses prouesses (comme ce chevalier servant qui, au siècle de l’amour courtois, envoya à sa promise le doigt qu’il avait perdu dans un duel mené en son nom) on réalisera au moins un exploit oratoire.

Votre corps parle plus que votre bouche

Pourtant, mes entretiens avec les Françaises m’ont bien montré qu’il n’existe pas de phrase magique. Cette vision de la séduction appartient à nos grands-mères et leurs tricots. Ce que les femmes attendent aujourd’hui, ce n’est pas une démonstration de la valeur (réelle ou oratoire) des hommes. Ce qu’elles attendent, c’est une relation. Pour parler d’un coup de cœur, elles ne se disent pas «  Il m’a m’impressionnée » mais plutôt «  Je me sentais bien avec lui.» Il s’agit là d’une information extrêmement importante : la relation de séduction tient dans des messages qui ne s’expriment pas à l’oral : votre voix, votre regard, vos gestes, votre façon de vous tenir, de parler, d’agir, importent plus que ce que vous dîtes, puisqu’ils installent une ambiance. En un chiffre, votre langage corporel représente 55% des messages que vous faites passer à votre promise.

Ne soyez pas schizophrène

Pour séduire, il faut donc savoir soigner le langage de son corps. La première règle est incroyablement basique, mais elle est fondamentale : c’est la règle de la cohérence. Beaucoup d’hommes font l’erreur de l’incohérence et échouent dans la relation de séduction pour cette raison.

J’ai souvent observé cette scène dans les cafés : un homme, à deux tables de moi, discute avec une femme, qu’il a invitée à un premier rendez-vous. Il lui parle de son boulot génial. Tu comprends, il manage trois personnes, rencontre des grands patrons tous les jours, et fait des soirées au bureau tous les jeudi  (elles peuvent finir, facile à 2H00 du mat’). Seul problème : en même temps qu’il parle de son job, ses mains gesticulent dans tous les sens, ses yeux font le tour de la pièce, son visage est tendu comme s’il avait fait un lifting, et ses jambes raides comme des piquets. C’est ce qu’on appelle une situation de communication skyzophrénante : ce que racontait cet homme (le contenu de son message : je suis un mec sûr de lui qui adore son job) était en totale contradiction avec la façon dont il le racontait (le contenant de son message : j’ai envie de disparaître sous terre). Inutile de vous dire comment a fini le rendez-vous : soudain, le portable de la femme a sonné et elle a dû filer aider sa meilleure amie qui avait un problème d’ex (de façon générale, la meilleure amie a souvent bon dos.) Devinez ce qu’elle m’a dit quand je l’ai rattrapée dans la rue pour lui demander ce qui n’avait pas fonctionné ? « Je me suis sentie mal-à-l’aise ».

Retenez donc bien ceci : séduire, c’est accorder le fond avec la forme de son message. Quoi que vous disiez, soyez fiers de le dire, et assumez-le. Sinon, ne dites rien. Ou dîtes autre chose. Le sujet de conversation importe moins que les messages qu’envoie votre corps. Mais alors, quels messages votre corps doit-il envoyer ?

Quels sont les messages à faire passer avec son corps ?  

Quoi que vous disiez dans un rendez-vous ou lors d’une première rencontre, votre corps devra envoyer trois messages principaux.

  1. « Je la trouve belle. »

 Pourquoi ?

Vous l’apprendrez dans mon livre, les Françaises, dans une relation de séduction, aiment sentir qu’elles sont des « reines » ; puissantes dans leur féminité, magnétiques, belles au sens large (physiquement et mentalement). Plus une femme se sentira reine, plus elle prendra plaisir à séduire et être séduite.

Comment faire ?

Normalement, si vous voulez la séduire, c’est que vous la trouvez belle. Montrez-le lui en la regardant beaucoup, mais jamais de la même façon. Souriez-lui, et surtout écoutez-là ; montrez lui que ce qu’elle vous raconte vous intéresse. Si vous êtes de profil plutôt passionné (lisez mon article sur les profils pour le savoir) vous n’aurez aucune difficulté à le faire, cela vous est naturel. Charmeur, faites attention à ne pas vous mettre trop en valeur à son détriment. Si vous êtes de profil mystérieux, veillez à décoller de votre lune et atterrir sur la sienne. Si vous êtes un idéaliste, évitez d’être trop en recul, comme si rien ne vous touchait. Si vous êtes un joueur, essayez de rester sérieux de temps en temps afin qu’elle ne se sente pas déstabilisée.

  1. « J’ai confiance en moi. »

Pourquoi ?

Vous l’apprendrez également, le deuxième besoin des Françaises dans une relation de séduction est la sécurité. Les femmes aiment sentir que l’homme qui les séduit est sûr de lui. Plus un homme a confiance en lui et plus les femmes se sentent elles-mêmes en confiance.

Comment faire ?

Vous devez absolument « habiter votre corps », assumer vos gestes. Ils doivent être fluides, et vous devez les mener jusqu’au bout. Votre regard doit être franc, comme vos paroles. Comme dans la vie, vous devez varier votre langage corporel : ne pas répéter les mêmes gestes et les mêmes regards. Idéaliste, joueur, ou charmeur, vous êtes très à l’aise dans cet exercice. Si vous êtes un passionné, veillez à gérer votre stress et lâchez prise : il vous suffit de croire en vous pour qu’elle croie en vous. Si vous êtes un mystérieux, vous devez faire attention à tous les signes qui peuvent faire penser que vous ne « gérez » pas : soyez à l’heure, lacez vos lacets, remontez votre braguette etc.

  1. « Rien n’est sûr, rien n’est joué »

Pourquoi ?

Ménager l’incertitude est ce qui distingue une relation amicale d’une relation de séduction. Séduire, c’est se mettre en danger. Le stress qui en découle est incroyablement grisant, pour les femmes comme pour les hommes : « je lui plais, ou je ne lui plais pas ? Je ne sais, je n’en suis pas sûr…. »Cette tension permanente est la partie la plus excitante du jeu de séduction. Votre langage corporel doit donc absolument jouer avec cette part d’incertitude.

Comment ?

De manière générale, lorsque vous approchez une femme, vous devrez préférer les approximations plutôt que les gestes francs : posez votre main sur son épaule, au milieu d’une phrase, comme si vous ne faisiez pas exprès. Regardez-là au milieu de son groupe d’amis, comme si ce n’était pas elle que vous fixiez. Pendant un rendez-vous, posez votre main sur ses reins, juste avant les fesses…Plus la relation évoluera, plus il vous faudra cependant faire disparaître l’incertitude. Si vous êtes un passionné, prenez garde à brouiller un peu les pistes. Idéaliste, ne soyez pas trop brutal, acceptez le jeu de l’incertitude. Joueur et Charmeur, ne jouez pas trop : un peu d’incertitude est grisante, mais trop est déstabilisante (par exemple, ne draguez pas d’autres filles devant elle). Mystérieux, osez la toucher.

Vous voulez connaître le langage corporel de la séduction dans le détail ? Lisez mon livre !

En attendant, je vous donne rendez-vous vendredi prochain pour décortiquer les pires scénarios de séduction : Pourquoi ça n’a pas fonctionné ? Comment se comporter ? Vous saurez tout !

TOUT CE QUE VOUS NE SAVEZ PAS SUR LES FRANÇAISES

TOUT CE QUE VOUS NE SAVEZ PAS SUR LES FRANÇAISES

Loin des préjugés et des incompréhensions, découvrez enfin la vérité sur les Françaises. Les comprendre, c’est déjà un peu les séduire. Attention, vous risquez d’être surpris de la simplicité de l’exercice !

Capture d’écran 2015-03-06 à 11.18.28

Le préjugé est mort, vive la séduction

Entamez les 30% du travail de séduction

 Dans mon article de la semaine dernière, je vous expliquais qu’en étant vous-même, vous aviez déjà effectué 70% du travail de séduction. Je sais maintenant ce que vous allez me demander : « et les 30%, qu’est-ce que c’est ? ». J’ai une réponse pour vous : c’est aujourd’hui. La première étape pour accéder aux 30% est d’une simplicité extrême, mais elle est fondamentale.

Les préjugés sur les Françaises sont universaux…même les Français les partagent !

 Pour l’écriture de mon livre #dragueur (lien), j’ai eu l’occasion d’interviewer beaucoup d’hommes, Français et étrangers. Après en avoir fait la synthèse, une conclusion surprenante, étrange, et même déconcertante, s’est imposée à moi. Malgré leurs différences de caractère, d’âge, de culture, ces hommes partageaient exactement (à quelques nuances près- mais pas de gris) les mêmes préjugés sur les Françaises. Que vous soyez Italien, Américain, Argentin ou Français, vous commettez donc exactement les mêmes maladresses d’incompréhension ! Il est grand temps d’y remédier !

 Le préjugé est nuisible à la séduction– n’en consommez pas

 Revenons maintenant sur trois des plus grands préjugés que les hommes nourrissent à l’égard des Françaises. Pour chacun d’eux, je vous expliquerai en quoi vous avez raison ou tord, et comment adapter votre comportement.Bien sûr je suis obligée pour cela d’émettre quelques généralités – j’espère que vous me pardonnerez !

WARNING CECI EST UN AVERTISSEMENT : Au préjugé 3, ça devient chaud…

Quels sont les préjugés sur les Françaises ? Comment les déjouer ?

 Découvrez maintenant toute la vérité sur les Françaises. Les traits des préjugés sont volontairement grossis afin de mieux les identifier.

 Préjugé n°1 : La Française est fausse

 Parole d’hommes

Rien à faire. Lorsque vous parlez à une Française pour la première fois, vous avez toujours cette impression désagréable qu’elle joue une petite comédie intérieure. Lorsqu’elle vous sourit, vous ne savez pas si c’est par politesse, par condescendance ou parce que vous lui plaisez vraiment. Elle est distante, froide, et il vous semble que chacun de ses gestes sont calculés, réfléchis.

Parole d’analyste : vous n’avez qu’à moitié raison !

Bien-sûr que les Françaises jouent la comédie. Bien sûr qu’elles réfléchissent à ce qu’elles vont faire, dire, ou à la façon dont elles vous regardent. Mais ne vous trompez pas sur les causes de ce comportement : ce n’est pas par arrogance qu’elles manipulent la relation! Vous devez savoir que lorsqu’une femme entre dans une relation de séduction avec un homme, sa première réaction est de se sentir « déstabilisée », quel que soit son caractère- même si elle aime séduire et être séduite. La séduction est, pour les femmes, une mise en danger. En conséquence, une Française tentera de se protéger de ce « danger » en anticipant ses propres réactions : c’est ce qui vous donne cette sensation de fausseté et de manque de naturel. Cela dit, ce comportement ne dure pas : plus la relation s’installe, plus la Française « prend ses marques, et plus elle devient naturelle : j’appelle cela le « processus de sécurisation ».

 Ce que vous devez donc faire

D’abord, vous devez être tolérant avec les Françaises : non elles ne sont pas vicieuses ! Ensuite, vous devez à tout prix cesser de réagir en symétrie : ne jouez pas la comédie ! Pour avoir vu cette situation se répéter encore et encore, je peux vous dire que ce n’est pas joli-joli !

La solution est donc de tenter d’accélérer le processus de sécurisation : faites-en sorte qu’elle se sente à l’aise (donc en sécurité) avec vous, assez pour ne plus avoir besoin de jouer un rôle.

Préjugé n°2 : la Française est élégante

Parole d’hommes

Ah Paris! Capitale de la mode et de Jean Paul Gaultier, où les femmes sont élégantes et stylées. A égalité avec les Italiennes, vous placez les Françaises dans la tête de liste des femmes les plus chics.

 Parole d’analyste : vous avez raison, mais vous oubliez l’essentiel !

Vous avez tous remarqué que les Françaises (et surtout les Parisiennes) se distinguaient par leur élégance. Mais avez-vous remarqué d’où vient cette fameuse élégance ? L’élégance française est une élégance du détail. Pour une Française, il est aussi important d’avoir une belle robe que de bien l’accessoiriser, d’acheter de belles chaussures que de savoir marcher avec, de porter un beau rouge à lèvres que d’avoir des ongles bien nets. Etre élégante, c’est avoir une belle tenue dans les moindres détails : des vêtements, à la façon de marcher, de parler, de se tenir…

Ce que vous devez donc faire

Ne vous contentez pas des compliments banaux ! Cherchez le détail qui n’appartient qu’à elle ! Cela vaut aussi pour les détails de sa personnalité : « J’ai adoré ta façon de réagir sur… »

 Préjugé N°3 : la Française est froide au lit

Parole d’homme

Ca c’est sûr, les Françaises sont romantiques. Elles s’enflamment sur des textos, deviennent passionnées pendant une balade au clair de lune… Mais pour le sexe, ce ne sont pas les plus exaltées. D’ailleurs, vous trouvez souvent que la première fois avec une Française est banale, convenue, et donc, peu mémorable.

Parole d’analyste : vous vous trompez !

Vous interprétez à tord la « froideur » des Françaises. Vous pensez qu’elle n’aime pas le sexe, qu’elle a peur, qu’elle n’est pas à l’aise… Vous n’avez pas compris que cette « froideur » est au contraire très sexuelle ! Je m’explique. La sexualité des Françaises est une sexualité de l’érotisme. Ce qui excite une Française, c’est l’incertitude, ce moment où l’on ne sait pas si ce qui peut arriver va vraiment arriver : être frôlée plutôt que touchée, être embrassée tout près des lèvres plutôt que sur les lèvres etc… L’incertitude fait monter le désir d’une femme à son plus haut point : ce n’est donc pas de la froideur, mais de l’érotisme ! Mais attention, plus que les hommes, les femmes aiment la variation : ce qui veut dire qu’après l’érotisme, doit venir le sexe. Les françaises aiment aussi qu’on les porte avec force et qu’on les embrasse langoureusement.

Ce que vous devez donc faire

Vous devez jouer le jeu de l’incertitude : c’est un moment de « danger » excitant, où tout peut arriver. Mais plus encore, vous devrez repérer l’instant où l’incertitude doit se transformer en certitude. Sachez la plaquer contre le mur au bon moment !

A vendredi prochain !

Vous avez touché ici à 3 des grands préjugés qui conditionnent votre relation de séduction. Pour connaître les autres, vous n’aurez plus qu’à lire mon livre !

En attendant, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine.L’objectif : apprendre à gérer son corps en situation de séduction !