POURQUOI LES FRANÇAIS GALÈRENT-ILS À SÉDUIRE LES FRANÇAISES?

 POURQUOI LES FRANÇAIS GALÈRENT-ILS À SÉDUIRE LES FRANÇAISES?

Découvrez ce qui manque au Français pour être de « bons » séducteurs.

3401434-judge-dredd-movie-2012

On pourrait penser que parce qu’ils ont le même bagage culturel qu’elles, les Français sont les plus aptes à séduire leurs compatriotes. Pourtant, c’est une toute autre vérité qui s’est révélée lors de mon enquête. J’ai compris pourquoi petit à petit.

Les Français se posent beaucoup de questions

 Pendant mes interviews avec les Français, j’ai pu observer deux « profils » différents  :

  • Le pro de la drague, qui m’explique ses « trucs » infaillibles
  • Celui qui pense être une cata en matière de séduction.

Mais quelque soit leur profil, dragueur pro ou profane, le constat est le même : tous se posent un nombre incalculable de questions sur la séduction. Alors que les Allemands, Argentins, Anglais ou Américains me racontaient leurs histoires de drague (les pires comme les meilleures), les Français préféraient d’abord énoncer des principes quasi philosophiques sur les femmes :

#les Françaises aiment les méchants

#il faut la faire mariner

#payer l’addition ou non, une grande question

# il faut vraiment assurer dès la première rencontre

#se faire remarquer, ça passe ou ça casse mais c’est le jeu

# il faut à tout prix éviter la friendzone

#etc.

En fait, les Français se prennent la tête. Ils sont tellement « éduqués » à la séduction qu’ils ont sont convaincus de savoir ce que veut une Française.

Les Français savent-ils ce que veut une Française ?

Les Français ont leurs grandes théories sur les femmes, et se comportent en conséquence.

Comme cet homme qui, sachant très bien qu’elle manque de confiance en elle, décide de draguer une femme à l’Aquaboulevard, alors qu’elle est en maillot de bain, et donc en situation d’insécurité. Il a tout bon, bien sûr, puisqu’une femme qui, mal dans son corps, se fait draguer à la piscine, se sent valorisée.

Ou cet autre qui drague une femme juste devant les yeux de sa vraie « cible » pour la rendre jalouse.

Les Français disent aux Françaises ce qu’elles ont envie d’entendre. Se comportent comme elles ont envie qu’ils se comportent. Anticipent leurs réactions, leurs regards, leurs attitudes. Les plus timides pensent qu’ils doivent se faire charmeurs. Les charmeurs pensent qu’ils doivent se comporter en gentlemen gentillets.

Et pourtant…. Ça marche moins souvent que ça n’échoue. Combien de « bons dragueurs » se retrouvent sur le carreau ? Combien de timides sont paralysés par leurs peurs « d’y aller » ? Combien de frustrations ? D’hommes qui se disent que les Françaises sont vraiment « des emmerdeuses » ? (et ils ont d’ailleurs un peu raison)

De leur côté, que pensent les Françaises ?

En entretien, les Françaises ne sont pas tendres avec les hommes, Personne n’est à l’abri mais, pour les Français en particulier, on n’est pas loin du niveau de tolérance de Judge Dredd : zéro.

Oui, les Françaises portent elles aussi toutes sortes de préjugés. sur les hommes, à commencer par les étrangers (le snobisme des Anglais, la rudesse des Américains, l’absence d’initiative des Allemands). Mais sachez que la palme du préjugé le plus solidement ancré revient aux français : ils mentent, ils ne sont pas sincères. Ils jouent un rôle.

Une conclusion s’impose : Entre les Français et les Françaises, il y a des malentendus.Les Français savent tellement qu’ils ne savent plus rien. Les Françaises sont tellement intransigeantes qu’elles ne laissent rien passer.

Les hommes au défi

Alors, Messieurs je vous lance un défi : désapprendre tout ce que vous savez sur la séduction pour faire disparaître les malentendus. Vous êtes prêts?

#DRAGUEUR,ARRÊTE DE DRAGUER

#DRAGUEUR,ARRÊTE DE DRAGUER

Pour ne plus avoir à devenir un marketeur de l’amour

#dragueur arrête de draguer

Les séducteurs d’hier ont des conseils à nous donner

La séduction a toujours existé, et chaque époque en a eu son chantre. Enterrés, oubliés, ces #dragueurs ont pourtant beaucoup à nous apprendre sur la séduction d’aujourd’hui. Ecoutons-les, car c’est dans le champ lexical qu’ils utilisent que se cache leur vision de la séduction.

Rome, 5ème siècle avant JC.

Dans son essai L’art d’aimer, Ovide associe la séduction à l’art de la parole : il s’agit d’utiliser la bonne « formule » et les bons « arguments »pour « convaincre » son « locuteur ». Son conseil : pour séduire, sachez manipuler les mots.

Moyen-Age, époque de l’amour courtois.

Un grand chevalier adresse à sa dame dans une enveloppe soigneusement pliée le magnifique majeur qu’il a perdu pendant un duel en son honneur. Son conseil : Pour séduire, réalisez de grandes prouesses (et soyez prêts à perdre un doigt).

18ème siècle, dans les Liaisons dangereuses.

Un roman qui a inspiré un grand nombre de films contemporains. Valmont élabore une mise en scène sophistiquée dans laquelle il vient en aide à un paysan en déroute et le sauve d’une faillite certaine. Tout cela, sous les yeux séduits de son « ennemie » la Présidente de Tourvelle. Le champ lexical de la guerre se déploie tout au long du roman : la séduction est une « campagne pénible » dans laquelle il faut imaginer de « subtiles manoeuvres » pour vaincre son « ennemie » et la faire parvenir à la « capitulation ». Le conseil de Valmont : pour séduire, sachez inventer de belles machinations.

Des vocabulaires différents, une même vision de la séduction

Même si le vocabulaire qu’ils emploient évolue au cours des siècles, ces #dragueurs portent une vision commune de la séduction. Manipuler les mots ou manipuler les situations, dans la prouesse comme dans la mise en scène, la séduction est envisagée sous l’angle de la confrontation avec la personne convoitée. Pour gagner ce combat, il faut toujours un peu mentir.

La guerre du 18ème siècle est le marketing du 21ème siècle

La séduction en 2015 a t’elle évolué? Les progrès sur les droits des femmes et la transformation des modes de vie a t’elle bouleversé notre vision de la séduction? Il semble qu’il n’en soit rien.

« L’ennemie » est devenue la cible, la « manoeuvre » se transforme en « stratégie », le vainqueur en « leader » . La guerre du 18 ème siècle est le marketing du vingt-et unième siècle. Associé à ce champ lexical du marketing, le vocabulaire de la performance s’impose : vous avez une mission, il vous faut la réussir. Pas de panique, les sites, blogs, livres de séduction abondent pour vous aider. Partout, vous pourrez apprendre des « techniques », pour gérer votre béguin comme on gère une transaction commerciale. Comment faire pour, les 5 trucs pour, les 10 techniques infaillibles…Entre les « opener de situation », les gestes immanquables, les accroches…Vous pourrez apprendre à devenir de vrais « marketeurs » de l’amour… mais cela fait-il de vous de bons séducteurs? Rien n’en moins sûr.

Le marketing est mort, vive la séduction

Je connais le marketing, puisque c’est mon métier.  Et ce que je peux vous dire, c’est qu’il n’existe plus. Peu à peu, le marketing se meurt. Les consommateurs deviennent des connaisseurs. Les techniques destinées à les séduire, ils les reconnaissent. Les trucs pour susciter le besoin d’un objet dont ils ne soupçonnaient même pas l’existence, ils les identifient. Les petits mensonges des marques ? Ils les sentent, les critiquent, et les affichent. En 2015, les marques mises à nues sont contraintes de changer leur façon d’être au consommateur : elles doivent cesser de marketer. Il en est des marques comme des hommes, comme l’évoquaient les Françaises pendant mes interviews : «  Ils pensent qu’on ne les voit pas arriver avec leurs grands sabots, quo’n ne reconnaît pas leurs petites phrases ou leurs petites techniques… alors bien sûr on sourit.. parce que même si ça sonne creux et faux c’est bien dit… mais ce n’est pas pour autant qu’on est séduites. » En 2015, il est peut-être temps  pour vous de changer de stratégie… pourquoi pas en abandonnant la stratégie?

L’anti-manuel de drague

Nous aimons tous séduire, nous apprécions cette petite boule au ventre, ce stress positif, ce jeu subtil… mais cela nous oblige t’il à devenir des stratèges ?

Vous qui êtes peut-être fatigués d’utiliser les mêmes trucs et de devoir vous transformer pour séduire. Vous qui n’avez peut être pas envie de lire tous les articles de tous les sites pour apprendre toutes les techniques… qui ne fonctionnent plus… Vous qui vous lassez sans doute de voir ces marketeurs de l’amour dégainer leur sourire émail diamant et vous expliquer comment les imiter…ou vous qui, tout simplement, avez envie de rester vous-mêmes dans le jeu de la séduction.

Vous apprécierez sans doute de lire #dragueur. Ce livre n’est pas un répertoire de gestes ravageurs, de phrases choc, de trucs infaillibles. Dans mon livre vous n’apprendrez pas de techniques d’approche et de méthodes, et vous n’apprendrez pas non plus à mentir.  #dragueur vous montre simplement que séduire en fait, c’est facile et naturel.