#DRAGUEUR,ARRÊTE DE DRAGUER

#DRAGUEUR,ARRÊTE DE DRAGUER

Pour ne plus avoir à devenir un marketeur de l’amour

#dragueur arrête de draguer

Les séducteurs d’hier ont des conseils à nous donner

La séduction a toujours existé, et chaque époque en a eu son chantre. Enterrés, oubliés, ces #dragueurs ont pourtant beaucoup à nous apprendre sur la séduction d’aujourd’hui. Ecoutons-les, car c’est dans le champ lexical qu’ils utilisent que se cache leur vision de la séduction.

Rome, 5ème siècle avant JC.

Dans son essai L’art d’aimer, Ovide associe la séduction à l’art de la parole : il s’agit d’utiliser la bonne « formule » et les bons « arguments »pour « convaincre » son « locuteur ». Son conseil : pour séduire, sachez manipuler les mots.

Moyen-Age, époque de l’amour courtois.

Un grand chevalier adresse à sa dame dans une enveloppe soigneusement pliée le magnifique majeur qu’il a perdu pendant un duel en son honneur. Son conseil : Pour séduire, réalisez de grandes prouesses (et soyez prêts à perdre un doigt).

18ème siècle, dans les Liaisons dangereuses.

Un roman qui a inspiré un grand nombre de films contemporains. Valmont élabore une mise en scène sophistiquée dans laquelle il vient en aide à un paysan en déroute et le sauve d’une faillite certaine. Tout cela, sous les yeux séduits de son « ennemie » la Présidente de Tourvelle. Le champ lexical de la guerre se déploie tout au long du roman : la séduction est une « campagne pénible » dans laquelle il faut imaginer de « subtiles manoeuvres » pour vaincre son « ennemie » et la faire parvenir à la « capitulation ». Le conseil de Valmont : pour séduire, sachez inventer de belles machinations.

Des vocabulaires différents, une même vision de la séduction

Même si le vocabulaire qu’ils emploient évolue au cours des siècles, ces #dragueurs portent une vision commune de la séduction. Manipuler les mots ou manipuler les situations, dans la prouesse comme dans la mise en scène, la séduction est envisagée sous l’angle de la confrontation avec la personne convoitée. Pour gagner ce combat, il faut toujours un peu mentir.

La guerre du 18ème siècle est le marketing du 21ème siècle

La séduction en 2015 a t’elle évolué? Les progrès sur les droits des femmes et la transformation des modes de vie a t’elle bouleversé notre vision de la séduction? Il semble qu’il n’en soit rien.

« L’ennemie » est devenue la cible, la « manoeuvre » se transforme en « stratégie », le vainqueur en « leader » . La guerre du 18 ème siècle est le marketing du vingt-et unième siècle. Associé à ce champ lexical du marketing, le vocabulaire de la performance s’impose : vous avez une mission, il vous faut la réussir. Pas de panique, les sites, blogs, livres de séduction abondent pour vous aider. Partout, vous pourrez apprendre des « techniques », pour gérer votre béguin comme on gère une transaction commerciale. Comment faire pour, les 5 trucs pour, les 10 techniques infaillibles…Entre les « opener de situation », les gestes immanquables, les accroches…Vous pourrez apprendre à devenir de vrais « marketeurs » de l’amour… mais cela fait-il de vous de bons séducteurs? Rien n’en moins sûr.

Le marketing est mort, vive la séduction

Je connais le marketing, puisque c’est mon métier.  Et ce que je peux vous dire, c’est qu’il n’existe plus. Peu à peu, le marketing se meurt. Les consommateurs deviennent des connaisseurs. Les techniques destinées à les séduire, ils les reconnaissent. Les trucs pour susciter le besoin d’un objet dont ils ne soupçonnaient même pas l’existence, ils les identifient. Les petits mensonges des marques ? Ils les sentent, les critiquent, et les affichent. En 2015, les marques mises à nues sont contraintes de changer leur façon d’être au consommateur : elles doivent cesser de marketer. Il en est des marques comme des hommes, comme l’évoquaient les Françaises pendant mes interviews : «  Ils pensent qu’on ne les voit pas arriver avec leurs grands sabots, quo’n ne reconnaît pas leurs petites phrases ou leurs petites techniques… alors bien sûr on sourit.. parce que même si ça sonne creux et faux c’est bien dit… mais ce n’est pas pour autant qu’on est séduites. » En 2015, il est peut-être temps  pour vous de changer de stratégie… pourquoi pas en abandonnant la stratégie?

L’anti-manuel de drague

Nous aimons tous séduire, nous apprécions cette petite boule au ventre, ce stress positif, ce jeu subtil… mais cela nous oblige t’il à devenir des stratèges ?

Vous qui êtes peut-être fatigués d’utiliser les mêmes trucs et de devoir vous transformer pour séduire. Vous qui n’avez peut être pas envie de lire tous les articles de tous les sites pour apprendre toutes les techniques… qui ne fonctionnent plus… Vous qui vous lassez sans doute de voir ces marketeurs de l’amour dégainer leur sourire émail diamant et vous expliquer comment les imiter…ou vous qui, tout simplement, avez envie de rester vous-mêmes dans le jeu de la séduction.

Vous apprécierez sans doute de lire #dragueur. Ce livre n’est pas un répertoire de gestes ravageurs, de phrases choc, de trucs infaillibles. Dans mon livre vous n’apprendrez pas de techniques d’approche et de méthodes, et vous n’apprendrez pas non plus à mentir.  #dragueur vous montre simplement que séduire en fait, c’est facile et naturel.

TOUT CE QUE VOUS NE SAVEZ PAS SUR LA SÉDUCTION : FAITES LE TEST

TOUT CE QUE VOUS NE SAVEZ PAS SUR LA SÉDUCTION : FAITES LE TEST

Loin des idées reçues que l’on peut entretenir sur les bons « trucs » du séducteur, découvrez ce qui fonctionne vraiment avec les Françaises, et surtout pourquoi. Attention, vous risquez d’être surpris!

CE que vous ne savez pas sur la séduction

Les hommes et les dragueurs ont tout faux en matière de séduction

Pour l’écriture de mon livre #dragueur, j’ai eu l’occasion d’interviewer beaucoup d’hommes, Français et étrangers. Souvenez-vous, j’avais été incroyablement surprise des préjugés qu’ils entretenaient sur les Françaises ;  qui les handicapaient dans le jeu de la séduction. Aujourd’hui, je vais vous parler de ma deuxième grande conclusion, tout aussi folle : les hommes nourrissent également des préjugés sur la séduction elle-même, et cela leur porte tout autant préjudice. Tout ce qu’ils pensent être « efficace » dans le jeu de la séduction correspond, en fait, aux mauvais exemples que les femmes critiquent. Vous ne me croyez pas ? Faites le test.

 Faites l’expérience vous-mêmes !

Avec cette conclusion déconcertante, je me suis dit qu’un petit exercice pouvait être particulièrement utile. Le voici : je vais vous raconter trois histoires (« true story » dirait Barney Stinson) de séduction. Pour chacune de ces vraies histoires, vous devrez deviner la suite : laquelle/lesquelles de ces situations a/ ont donné lieu à d’autres rendez-vous, laquelle/lesquelles a/ont coupé court ? Rendez-vous un peu plus bas pour les réponses.

Histoire n°1 :

Olivier avait déjà vue Julie mais il n’avait jamais eu l’occasion de lui parler. Il avait pourtant flashé sur elle, et avait entendu qu’elle faisait des études littéraires. Un jour qu’ils se retrouvent ensemble (avec des amis communs) dans une voiture pour quelques minutes, Olivier lance une question : « Qui voudrait aller voir l’Ecume des jours au théâtre, j’ai vu qu’il y a avait une représentation ? ». L’air intrigué, Julie se retourne et regarde Olivier.

Histoire N°2 :

Mathieu et Mélanie s’étaient rencontrés en soirée et le courant était tout de suite passé entre eux deux. Ce soir là, Mélanie avait dû partir un peu tôt, et Mathieu en avait profité pour lui donner un rendez-vous en tête à tête, ce qu’elle avait accepté avec enthousiasme. Lorsque, trois jours plus tard, Mélanie arrive au point de rendez-vous, elle regarde les lieux avec surprise : il s’agit d’un restaurant très chic. Il y a des nappes blanches, un majordome à l’entrée, et les menus au prix élevés promettent de vrais plats gastronomiques.

Histoire N°3 :

Marc ne s’attendait pas du tout à croiser une jolie fille ce jour là : il se rendait en roller jusqu’à sa fac, et l’avait aperçue de loin. Il la rattrape en roller, et veut faire un tour sur lui-même pour se retrouver juste face à elle ; mais au dernier moment, il dérape sur un relief du trottoir et s’effondre devant elle. Surpris, Marc regarde Marie et lui dit : « Je crois que j’ai raté mon entrée. »

And the winner is….

Avez-vous imaginé la suite de ces histoires ? Maintenant, je peux vous le dire, une seule d’entres-elles a donné lieu à un rendez-vous.

Allez, vous aviez bien senti qu’il y avait anguille sous roche …. Eh oui, le gagnant est …. Marc et sa chute en roller !

Pourquoi Marc a-t’il réussi là ou Olivier et Mathieu ont échoué ?

En réalité, la scène aurait très bien pu aboutir à immense râteau, car la démarche initiale était plus qu’arrogante : Marc s’était dit qu’il allait impressionner Marie avec ses compétences sportives : elle aurait trouvé cela prétentieux et même assez ridicule. Pourquoi vouloir absolument impressionner une fille avant de l’aborder ? Mais sa chute l’a sauvé du fiasco. En riant de lui-même, il a tout de suite su mettre Marie à l’aise, et celle-ci s’est sentie en confiance.

Attention, ne vous méprenez pas : pour séduire une Française, vous n’êtes pas obligés de tomber par terre. Ce que vous devez comprendre, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’impressionner votre future amoureuse pour lui plaire. Sachez juste la mettre à l’aise.

Et Olivier et son écume des jours, pourquoi n’a t’il pas réussi ?

L’erreur d’Olivier est une erreur TYPIQUE des hommes qui pensent savoir séduire. Si vous êtes de profil Joueur ou Passionné, vous avez sans doute utilisé ce genre de truc au moins une fois dans votre histoire de la séduction. Le principe est simple : aborder une femme en utilisant des références dont on sait qu’elles l’intéressent. Soit il s’agit d’impressionner par votre savoir, soit il s’agit de lui faire plaisir. Dans tous les cas, cela ne fonctionne pas :

  • Vous supposez que pour lui plaire, il faut lui parler de choses qu’elle connaît alors que les Françaises sont curieuses et aiment apprendre de nouvelles choses.
  • Vous risquez de susciter sa méfiance. En l’occurrence, L’écume des jours n’est pas une pièce de théâtre. De toute façon, les femmes savent quand on leur ment. Si vous n’aimez pas la littérature (ou tout autre chose) , n’essayez pas d’en parler !

Et Mathieu et son restaurant somptueux, pourquoi n’a t-il pas réussi ?

Cette situation est moins courante, mais peut arriver, surtout si vous êtes de profil passionné ou charmeur. Vous voulez « sortir le grand jeu »,« en mettre plein la vue » à votre future, ou la traiter comme une reine. Mais vous oubliez qu’en en faisant « trop » vous risquez de la déstabiliser. Mal à l’aise, en situation d’insécurité (de danger), Mélanie a écourté le rendez-vous et n’a jamais voulu revoir Mathieu.

Que retenir de ces exemples ?

  • VOUS N’AVEZ PAS BESOIN DE RÉALISER UNE PROUESSE ! Qu’elle soit intellectuelle, physique, financière ou autre, oubliez cette idée. Soyez vous-mêmes, tout simplement.
  • FAITES VOUS CONFIANCE : VOUS POUVEZ L’INTÉRESSER SANS JOUER UN JEU.
  • SUSCITEZ SA CURIOSITÉ AU LIEU DE VOULOIR LUI PARLER DE CE QU’ELLE CONNAÎT
  • SACHEZ RIRE DE VOUS ! (SURTOUT POUR LES CHARMEURS, JOUEURS, IDÉALISTES)

Vous avez touché ici à quelques un des préjugés qui conditionnent votre relation de séduction. Pour connaître les autres, vous n’aurez plus qu’à lire mon livre ! En attendant, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un nouvel épisode : découvrez en quoi la séduction est une forme de marketing !